...
 
     
             
             
     
  retour à la liste

 
     
 

Silva
Usta


Silva Usta
par Claude Valenti

Née en 1956, arménienne, à Istanbul (Turquie). Vit et travaille à Nice

www.silva-usta.com

 

Ville imaginaire, 2015
Linogravure, 21 x 30 cm, 1/10

 

Il y a deux écoles dans la pratique artistique. Certains artistes s’inspirent de leur environnement, des objets, des situations et créent ensuite une œuvre née de la richesse alentour. D’autres ont une idée précise qu’ils vont mettre en œuvre et optent pour un medium précis, un matériau idoine. Pour Silva Usta, c’est bien souvent son environnement qui la conduit à créer, elle qui voit en tout matériau déjà existant un moyen créatif, esthétique et chargé de sens, destiné à trouver une nouvelle fonction, une nouvelle forme, un nouveau contexte. Elle travaille ainsi à partir de plexiglas, d’ardoise, de pâte de verre, de verre de cathédrale, de verre de Murano, de bois de placage, de carrelage, de faïence, bref tout ce qui lui passe entre les mains. Dans sa démarche, les couleurs sont dominantes, omniprésentes. Elle les associe sans jugement, mais en se fiant à son libre arbitre et à sa fine connaissance des savoir-faire et des techniques.
Pour le Festival du Peu, Silva Usta expose une série de gravures de villes imaginaires sur fond de couleurs franches, donnant une profondeur à la représentation architecturale, avec un caractère fantasque, où nature et construction se confondent. Le trait blanc se détache avec force de fonds ultra-colorés.
Elle expose également une série de bijoux inédits. Fidèle à sa démarche où matériaux «pauvres» ou recyclés trouvent une nouvelle fonction, elle choisit la matière pour sa malléabilité et sa couleur, souvent incrustée sur des bijoux en argent (925).
Silva Usta met ses recherches artistiques et ses savoir-faire au profit d’une sensibilité et d’une énergie humaine, palpables, franchement généreuses.
Christine Parasote

 

 
 
 
FESTIVAL DU PEU ®