...
 
     
             
             
     
  retour à la liste

 
     
 

Cédric
Teisseire


Cédric Teisseire
par Claude Valenti

Né le 13 janvier 1968 à Grasse.
Vit et travaille à Nice

www.cedricteisseire.net

 

Saw City Destroyed Same, 2011
Laque sur Dibond © Cédric Teisseire, 150 x 150 cm

 

Ma pratique est résolument picturale et est en même temps d’un autre ordre. Avant de désigner un objet que l’on confond bien souvent avec le tableau, la peinture est une matière. Il est donc probable que l’objet produit par cette matière dépend d’elle, de ses qualités, de sa physique. Il y a donc là matière à se penser ou à penser le monde par le reflet qu’un tableau peut produire.
La peinture constitue en tant que telle une réalité double ; celle tangible et palpable sujette aux vicissitudes de ce monde et une autre plus intérieure, intime s’ouvrant vers des fictions personnelles, ontologiques.
L’acte de peindre, la couleur, le tableau, les intentions et la composition forment un ensemble indissociable à la réflexion sur la peinture où la prédominance du réel prend une place essentielle.

La question de la couleur est un paramètre important dans mon travail. Je la considère comme une substance pleinement signifiante, elle se présente indépendamment des formes dont elle est pourtant consubstantielle. Elle agit en tant que révélateur d’un support, comme un indicateur venant distinguer des potentialités ; une alternative syntaxique. Elle peut se présenter à la fois précise et floue ; comme une scansion ou une aura ; un klaxon ou une lueur. C’est en tous les cas par ses utilisations multiples que je peux donner un caractère de réification à un tableau ou le rendre le plus immatériel possible, le laisser flotter, en suspens.
Mes tableaux ou installations ne sont pas à voir comme un résultat mais bien comme un processus en plein recommencement. Comment pourrais-je faire autrement sachant que la peinture est le médium de la tradition, de la mémoire mais aussi du renouvellement ? Pas de celui que l’on pourrait comprendre avec l’apparition dans l’histoire de la modernité de nouveaux médiums tels que le cinéma, la vidéo, la photographie, les technologies numériques… où d’aucuns voudraient qu’un clou chasse l’autre, mais plutôt dans l’action incessante de rejouer sa propre image, avec ses propres archaïsmes ; par les actes élémentaires d’être dans la peinture.
Cédric Teisseire, Work in progress, 2013 [extraits]

 

 
 
 
FESTIVAL DU PEU ®