...
 
     
         
         
     
  retour à la liste

 
     
 

Henri
Olivier

henriolivier.perso.neuf.fr



Né à Alger en 1955.
Vit et travaille à Contes. Titulaire d’un DNSEP à L’ENAD de Nice, Henri Olivier a développé parallèlement à sa pratique d’artiste une expérience du jardin et du paysage. De 1994 à 2001, il a enseigné à l’Ecole Méditerranéenne des Jardins et du Paysage de Grasse.

 

Miroirs d’eau
Béton coloré, plomb et eau, 7 x 100 x 96 cm chacun, 2009

 

Le travail de Henri Olivier interroge les relations de la sculpture au jardin, à l’environnement et au paysage, mais également notre propre perception de l’espace. Comme le dit Allen S. Weiss, «ses sculptures servent de catalyseurs pour mettre l’esprit, le regard et le corps en mouvement».

«Une flaque d’eau contient un univers, un instant de rêve contient une âme entière».
Gaston Bachelard, L’eau et les rêves

Les Miroirs d’eau
Il n’y a pas de sculptures qui répondent mieux à leur contexte que les Miroirs d’eau. Nous pourrions nous passer de l’objet même de la sculpture pour ne retenir que la réflexion qu’ils proposent. Mais l’image inversée dans l’objet et la réalité transfigurée dans le support, la peinture en d’autres temps, nécessitent une attention particulière ; pas seulement au cadre et ses limites, mais à sa matérialité même puisqu’elle devient objet transitionnel, élément de perception. Ainsi ces sculptures fonctionnent comme des instruments d’optique ; cadrage, inversion de l’image, mise au point, intégration au site, abstraction du lieu, position, prise en compte du temps, de la luminosité, du mouvement de l’air, de notre déplacement…
Comme toute chose simple, elles nécessitent une extrême attention quand la quantité de sens qu’elles engendrent peut parfois procurer un vertige. N’est-ce pas cela le rapport que nous entretenons à ces «flaques d’eau» : baisser les yeux dans un geste de concentration et de repli sur soi, vers l’horizontalité contenue et limitée d’un microcosme, mais qui renvoie notre regard — et notre âme dirait Bachelard — vers la totalité de l’espace ?

 
 
- FESTIVAL DU PEU ® -