...
 
     
         
         
     
  retour à la liste

 
     
 

Roland
Kraus

www.start06.com


Né en 1942 en Bohème du nord.
Vit et travaille à Saint-Paul de Vence.

 

Anabasis
Projet d’installation pour le festival du Peu 2011, 213 x 274 x 80 cm

 

 

Devant les toiles de Roland Kraus, on a parfois le sentiment d’un gouffre effrayant qui s’ouvre en nous, d’une expérience venue du fond des âges, comme surgie du néant… Il se produit un phénomène archétype qui, semble-t-il, traverse les millénaires pour arriver jusqu’à nôtre époque… Pour nous faire participer à cette expérience étrange et bouleversante qu’est d’entendre le tambour d’un chamane… Est-ce parce qu’il s’efforce, à partir d’une forte affectivité émotionnelle, de concevoir un équivalent, un peu à la manière de ce qui se produit dans le mythe ? Le mythe constitue en effet un moyen analogue d’expliquer l’univers et de nous toucher au coeur, voir de plus profond de l’âme car, en tant qu’êtres humains, nous conservons en nous cette zone de la mémoire où sont enfouis les archétypes… Laszlo Fabian, Budapest, 1986

ANABASIS ou le peu qui reste après la traversée du désert
[Traduction du grec : marche vers l’intérieur]
Le titre se réfère d’abord à l’oeuvre de Xénophon, rédigée vers 370 av. JC, qui décrit l’expédition militaire et l’errance périlleuse de quelques dix-mille guerriers grecs en terre hostile. Alexandre de Macédoine s’en inspira, et la meilleure description de ses campagnes par Arrian de Nicomède porte le même titre.
D’autre part, il s’agit de L’ANABASE de Saint-John Perse, qui en parle ainsi : «Anabase a pour objet le poème de la solitude dans l’action. Aussi bien l’action parmi les hommes que l’action de l’esprit, envers autrui comme envers soi même.»
«C’est à Saint-John Perse que je dois la liberté d’affronter mon ANABASIS.»
Roland Kraus, Saint-Paul de Vence, le 27 avril 2011

 
- FESTIVAL DU PEU ® -