...
 
     
             
             
       
  retour à la liste

 
     
 

INVITÉ PAR
GILBERT PEDINIELLI

Gérard
Eli

stArt 06
Galerie Actuel

Né en 1953
Vit et travaille à Nice

Atelier 156, avenue Henri Dunant, 06100 Nice

 
  POC 276
H 46 x L 53 x l 47 cm - Faïence blanche émaillée
 

La vocation artistique de Gérard Eli trouve ses racines dans son enfance. Tout petit déjà, il ne pouvait se contenter des jouets manufacturés trop simples à son goût, il créait par assemblage de nouveaux artefacts du jeu. Gérard Eli est un perfectionniste qui souhaite rendre justice à tous les matériaux que la nature offre à l’homme. Il met pendant un temps sa création au service des particuliers. Artisan d’art et décorateur d’intérieur, le mobilier s’absout pour lui de toute valeur utilitaire pour parvenir à des valeurs picturales. Gérard Eli valorise le potentiel créatif de l’artiste, il cherche le jamais vu aussi bien dans ses céramiques (POC) que dans des projets de plus grande envergure comme la «Città d’invenzione». Son dessin lyrique séduit l’œil du spectateur dans des propositions toujours originales.
«Le fil directeur de l’œuvre de Gérard Eli est la préservation des matériaux que la nature met à la disposition de l’homme. Sa conduite, préexistante à tout travail de création, est de ne rien jeter, ne rien gaspiller, tout utiliser. En aucun cas il ne met en avant un processus de récupération mais un processus d’utilisation exhaustive des matériaux. Sa démarche n’est pas récupération. Sa démarche est utilisation.
Ses œuvres sont composées d’éléments naturels (bois, sciure, copeaux, pigments, terre, etc.) et s’enrichissent d’objets de la technologie industrielle (métal, verre, céramiques, pièces de voitures, pièces de moto, etc.) détournés de leur usage. L’ensemble de son travail relève de la forme, du graphisme et de l’écriture.
Son approche toute particulière et singulière de la faïence émaillée nous déroute. Ses céramiques évoquent des partitions musicales, des manuscrits antiques qui rendent hommage à l’architecture et à la nature.»

Danielle Santini, mars 2012

 
- FESTIVAL DU PEU ® -