...
 
     
             
             
       
  retour à la liste

 
     
  Virginie
Broquet
www.virginiebroquet.com



Virginie Broquet parcourt Nice. Elle parcourt aussi le monde ! Artiste niçoise, elle part obtenir son diplôme aux Arts Décoratifs de Strasbourg en 1992, travaille à Paris comme illustratrice de presse (Prix Alph’Art du Festival de B.D. d’Angoulème, 1er Prix au Concours de B.D. du Festival suisse de Sierre). Toujours revenant à Nice avant de repartir sur les quatre continents.

 

L'air, l'eau, le feu...
Série de 10 pèces, 80 à 120 cm, 2007
Peinture sur soie - supports shadows de Stéphanie Marin

 

Une aquarelle aérienne, à la légèreté angélique, chatoyante, mais pas présente sur toute l’étendue de l’oeuvre. Comme pour orienter le regard sur un ou plusieurs éléments sélectionnés. Et puis des dessins aux lignes fluides, musicales presque. Mais ce n’est pas tout : se surajoutent de collages de bribes de tissus, des étiquettes, des tampons, des pétales, de courtes légendes ou notes personnelles rappelant un instant précis et qui en rapportent autant que dessins et couleurs.
Rapporter, reportage justement : voilà ce que suggèrent ces maintenant innombrables «Carnets».
Carnets de voyages de retour de grandes destinations (Paris, Barcelone, Venise, Fes, Bombay, New York, Brasilia, Tokyo,…) ou de déambulations sur place (Nice, Monaco), autant de visions personnelles que nous sommes invités à partager, autant de fenêtres sur le monde que nous sommes conviés à ouvrir. Encore une palette : toute la palette humaine défile sous nos yeux, des élégantes devisant entre casino de Monte-Carlo et boutiques de luxe aux repasseurs suffoquant à Dakar, des policiers frimeurs de Los Angeles aux femmes voilées glissant silencieusement dans le souk de Fès, des hommes et des femmes de ce monde, des enfants, des vieux, des travailleurs, des oisifs. Et dans toute la palette architecturale qui encadre ces scènes, des échoppes confinées aux gratte – ciel fusants, des extravagances baroques aux façades – rideaux. On est entre repérage de décor et captation d’ambiance, beaucoup de poésie, parfois un soupçon d’ironie.

 
 
- FESTIVAL DU PEU ® -