Anne BRÉROT

« On a dit de ses paysages que c’étaient des images du néant, mais très ressemblantes. »
William Hazlitt en 1816 à propos de Turner.

Et pourquoi pas dans le magma de la matière-peinture retrouver le chaos originel de la création du monde ? Battre l’épaisseur pour que surgisse l’impalpable de la lumière. L’imaginer pour la rendre plus réelle. Créer un univers parallèle pour s’assurer de notre vivacité quand l’instant de ces clichés acryliques appartient déjà à la nostalgie du passé.
En témoignant ainsi du monde qui est devant moi, sur les châssis d’une autre réalité, nous nous plongeons au cœur de notre existence, avec peut-être la satisfaction d’appartenir à ce monde. Comme si la Terre dans l’immensité et l’humilité de ses cadeaux pouvait nous consoler de vivre.Après avoir travaillé plusieurs années uniquement sur l’univers chaotique du paysage, j’essaie aussi de pénétrer le monde silencieux de la nature morte, de la vie tranquille.
Je confie aux fruits et aux bols, la vive étrangeté de ce qui nous semble pourtant proche. C’est dans cette proximité quotidienne, dans la banalité de l’objet que je puise de l’extraordinaire.


retour à la liste des artistes

Les coques (80x70cm)
Acrylique sur bois